Educagile : Les prémices de l’entrepreneuriat -suite-(troisième session)

création d'un start up
Intervenants :  Laetitia Vangy, Formatrice d’anglais
Classe Pilote : Première Gestion Administration en alternance.
Etablissement : Cerfal-Campus Montsouris, Paris 14
Avec l’appui de Souaad Aoun (Responsable Pédagogique)
 et Olivier Tessot (Coordinateur de la section)
Nombre d'élèves : 26
Durée : 2 heures
%MINIFYHTML747394463425e5255ac0ea2f76099b185%

Article précédent : Les prémices de l’entrepreneuriat (deuxième session)

Auteur : Laetitia Vangy, Formatrice d’anglais

Objectif de la séquence :

Ancrés dans la réalité d’un environnement professionnel ils se préparent de ce fait à la « mobilité dans un espace européen et international élargi »

La séquence première porte sur la création d’entreprise. Elle sera découpée en quatre séances : créer l’identité de l’entreprise, présenter l’entreprise, préparer un recrutement, passer un entretien d’embauche.

voir le Référentiel de langues vivantes étrangères bac pro

Alone :

Cette fois-ci je suis seule face à mes cinq équipes constituées.

Premier axe d’amélioration:

Optimiser le temps de préparation des salles ainsi que la remise en ordre après la séance. La salle qui m’est attribuée n’est pas pratique, les tables sont difficiles à déplacer et l’espace est trop juste pour constituer cinq pôles. Des apprentis me prêtent main forte pour organiser l’espace et préparer chaque pôle avec les outils pédagogiques, une autre prépare le board, d’autres distribuent la documentation qui allait les aider. De même pour la 4ème séance mais dans une salle adéquate.

Début de chacune des séances:

Mes équipes devaient d’abord apporter les corrections du livrable précédent avant de pouvoir passer à la story suivante; celle de préparer une présentation orale de leur entreprise. Les documents travaillés (tâches) ainsi que les contraintes grammaticales et lexicales les préparent à cette story. Je vois que des équipes fonctionnent bien, se répartissent le travail et corrigent ensemble leurs erreurs. Elles ont respecté le temps alloué, ainsi que rendu un travail qualitatif.

A cette étape, trois équipes sur cinq fonctionnent bien, les deux autres continuent de travailler sur leur mode de fonctionnement pour monter en compétences sur leur communication et développer leur engagement. Je constate aussi que les plus juniors en anglais se sentent davantage à l’aise avec une leçon écrite et des exercices à appliquer. Ce genre de tâche les rassure. Toutefois j’ai pour objectif de les amener à aller chercher eux-mêmes l’information mise à disposition pour effectuer la tâche. Comme il s’agit d’une nouvelle approche, nous ferons un point la prochaine fois sous forme de rétrospective collective pour debriefer sur les progrès obtenus.

Afin de les accompagner au mieux, je reste à l’écoute de leurs demandes et les encadre beaucoup plus. Ceux qui se sentent plus en confort dans un travail individuel ont aussi cette possibilité; le but étant de trouver le bon équilibre pour tout le monde. Mon souhait premier est des les amener à être autonomes et investis dans le travail demandé, s’ensuivent la qualité linguistique et la rigueur.

les axes d’améliorations :

Pour faire un bilan de ces deux dernières séances, les axes d’améliorations sont les suivants:

  • Motivation (persévérance devant la difficulté)
  • L’engagement de tous est primordial pour que chaque équipe trouve un équilibre et du plaisir à avancer ensemble.
  • L’envie de changer d’équipe se fait de plus en plus ressentir. Afin d’y répondre je vais écourter mes stories et régulièrement reconstituer des équipes.
  • L’effectif de chaque équipe est trop important pour que chacun puisse y trouver sa place. Nous allons donc passer de 5 à 3 apprentis dans chaque équipe.
  • Longueur du projet: moins de stories et de tâches dans un même thème. Simplifier et diversifier les stories pour les simuler d’avantage.
  • L’utilisation de l’anglais entre eux. Pour améliorer cet axe, nous (Guy et moi) avions pensé à un exercice de 2, puis 5 puis 10 minutes d’échange en anglais exclusivement et nous augmenterons progressivement le temps à mesure des séances.
  • Rechercher l’information. Mon rôle est de les accompagner et les amener à chercher cette information par eux-mêmes.

Les points positifs :

  • 3 équipes sur 5 fonctionnent très bien, c’est à dire qu’elles sont autonomes et responsables. La communication est très présente dans ces équipes, le partage ainsi que l’engagement sont là. Elles ont trouvé un bon équilibre et sont même enthousiastes.
  • Deux livrables sont terminés par des équipes qui ont trouvé leur équilibre.
  • Une présentation orale, collective a été faite. J’ai pu voir la solidarité qui régnait dans cette équipe lorsqu’une apprentie ne voulait pas prendre la parole par peur de se tromper. Ses collègues l’ont soutenue, elle a fini par accepter de jouer le jeu, contente d’être parvenue à communiquer dans la langue cible.
  • Les fiches de grammaire et lexique sont bien accueillies. Même si les processus passent avant la documentation, elle semble indispensable dans leur apprentissage. Les repères et rituels leur sont nécessaires.
  • Time boxer pousse à la performance pour certaines équipes.
  • L’évaluation du travail amène à plus d’implication.
  • Le biberon (symbole de l’autonomie) est significatif puisqu’aucune équipe ne veut le perdre.

L’enrichissement majeur de cette expérience a été pour moi l’accompagnement des 5 équipes de manière égale, d’encadrer, d’expliquer, d’encourager, de guider ainsi que de m’adapter aux demandes.
J’ai aussi aimé voir des apprentis engagés et fiers de leur travail. Qui plus est, les livrables sont de qualité. Pour certains, c’était un défi de trouver les erreurs, les corriger, enchaîner les tâches et avancer leur blason sur le board.

[Best_Wordpress_Gallery id=”16″ gal_title=”Blasons”]
Prochain article : EDUCAGILE : Rétrospective générale


Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]
0 Shares:
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *